Pourquoi consulter?

Troubles du Sommeil & Insomnie

L’insomnie est un problème très courant qui a longtemps été banalisé. Elle a cependant un impact considérable sur ceux qui en sont atteints, tant au niveau de la souffrance subjective qu’au niveau de l’impact fonctionnel.

Les médicaments n’apportent généralement qu’un bénéfice très limité et à court terme, créant parfois davantage de problèmes qu’ils n’en règlent à moyen et long terme.

Avant le développement des thérapies cognitivo-comportementales, les intervenants n’avaient que peu de moyens d’intervention outre les conseils d’hygiène de vie et la relaxation.

D’autre part, la restriction du sommeil et le contrôle des stimuli se sont avérés efficaces pour traiter l’insomnie psychophysiologique chronique dans plusieurs études contrôlées. Surtout Il s’agit d’un outil thérapeutique extrêmement pertinent, qui constitue une véritable percée dans un domaine où les approches efficaces faisaient cruellement défaut.

La TCC a démontré une grande efficacité pour améliorer la qualité du sommeil et pour diminuer les conséquences diurnes de l’insomnie.

Problèmes d’Anxiété

L’anxiété est une émotion proche de la peur, qui existe chez tout être humain. Elle correspond à une nécessité permanente de s’adapter aux problèmes de la vie (“anxiété adaptative”) et aux interrogations que chaque individu porte sur le monde (“anxiété existentielle”). Ces deux formes d’anxiété sont normales.

L’anxiété peut cependant devenir une maladie qui associe différents symptômes (psychologiques, physiques, comportementaux). Elle entraîne une souffrance et une gêne importantes dans la vie quotidienne, on parle alors de troubles anxieux. L’émotion ressentie et/ou les signes physiques de stress sont alors excessifs par rapport aux dangers éventuels.

La prise en charge TCC mettra notamment l’accent sur l’aspect cognitif.
Car les personnes souffrant de troubles anxieux ont des biais attentionnels :
– Les stimuli ambigus en relation avec leurs thématiques anxieuses seront traités comme des stimuli négatifs (menace).
– Les stimuli congruents avec la thématique anxieuse seront traités en priorité par rapport à des stimuli neutres ou positifs.
Pour résumer, cette “priorité au négatif” va renforcer le stress de la personne et donc son sentiment de vulnérabilité. Ce qui va en retour renforcer les schémas anxieux et maintenir ces biais cognitifs.

Problèmes de Stress

Appliquer certaines techniques de gestion du stress par soi-même est possible. Il faut avant tout comprendre que son mal-être est dû au stress pour faire son propre bilan. Après cela, accepter qu’il soit possible de changer sa façon de réagir et ses comportements est tout aussi nécessaire.

Différentes méthodes qui sont validées scientifiquement et qui reposent sur les thérapies cognitives et comportementales (TCC) existent.

Premièrement, la thérapie cognitive dont le but est d’adopter des raisonnements et des pensées moins stressants.
Deuxièmement, l’exposition qui consiste à ne pas éviter des situations dans certains cas mais à s’y exposer pour progressivement réduire l’émotion négative.
De plus, la résolution de problèmes permet d’adopter une technique structurée et efficace pour faire face aux problèmes. Par exemple, peser le pour et le contre, et agir sur les priorités en laissant ce qui n’est pas accessible pour plus tard.
Enfin, la gestion des émotions qui consiste à identifier ce qui déclenche des émotions négatives (colère, culpabilité …) et à apprendre à réagir de façon différente.

Problèmes de Dépression

Les médicaments ne suffisent pas toujours à soigner la dépression. Les thérapies cognitivo-comportementales (TCC) ont apporté la preuve scientifique de leur efficacité contre la dépression. Une TCC se déroule sur quelques mois avec un psychologue, spécialement formé et complète l’action de l’antidépresseur ou le remplace.

L’idée est de travailler sur les pensées négatives qui assaillent la personne dépressive et l’empêchent de mener sa vie. Les objectifs sont très modestes au début. Il peut s’agir simplement de sortir de chez soi. Mais chaque étape franchie apporte du soulagement et permet de dire : “j’ai réussi”.

En associant TCC et antidépresseur, les patients se stabilisent plus rapidement. A long terme, ils font moins de rechutes et certains prennent des doses de médicaments moins fortes.

Troubles sexuels

Le domaine de la sexualité a la particularité d’être lié à de multiples autres domaines. Ainsi, il est en lien avec : le couple et sa représentation, les croyances religieuses, les valeurs morales, le contexte socio-culturel, l’état physique et l’état psychique.
Chacun de ces domaines de la vie peut influencer la vie sexuelle. De même la vie sexuelle, en retour, peut en influencer certains.
Le rôle du psy TCC est d’évaluer ces facteurs et leur influence sur la sexualité.

La vie sexuelle est l’une des fonctions naturelles les plus fragiles. Il est très facile de perturber ce fonctionnement, et presque n’importe quel facteur peut entraîner une perturbation.

Premièrement, le travail central du psychologue TCC consiste à :
– Mettre en évidence les croyances, les objectifs, les contraintes que la personne s’impose sur le plan sexuel.
– Puis à identifier la vision que la personne a de sa sexualité et apprécier les conséquences du trouble sexuel sur la vie du sujet.
Après cela, le psychologue va remettre en cause ces croyances et ces objectifs si leur caractère absolu devient une limitation pour le sujet (travail cognitif). Enfin, le thérapeute va aider la personne à vivre différemment sa vie sexuelle (travail comportemental).

En effet, il s’avère que l’immense majorité des difficultés vient non pas du fonctionnement réel de l’individu. Mais de l’idée qu’il se fait de ce que devrait être (ou ne pas être) sa sexualité.

Problèmes de Dépendances et d’addictions

Les TCC des addictions sont composées d’un ensemble d’outils permettant d’arriver à l’objectif visé : abstinence ou consommation contrôlée.

Un des outils utilisés en Thérapies Cognitivo-Comportementales de l’addiction est la psychoéducation.
– Informer la personne sur son addiction, la substance ainsi que les effets sur le corps.
– Explorer les pensées automatiques avec comme objectif d’arriver à prendre du recul sur les automatismes, et à remettre en question les schémas de pensées et croyances plus profonds.
– Apprendre à gérer les envies impulsives pour développer les capacités d’auto-observation et savoir comment réagir face à une envie impulsive.

Quelques exemples d’outils TCC permettant de gérer les envies :
1. Au niveau personnel :
gérer ses émotions (ex : pleine conscience, cohérence cardiaque), gérer les pensées négatives (ex : technique du « stop de la pensée », restructuration cognitive), développer un plan d’activités gratifiantes, prendre une décision, résolution de problèmes, définition d’un plan d’urgence.
2. Au niveau social :
refuser une invitation à boire (ex : jeux de rôle, planification de réponse-types), renforcer son réseau social, gérer les problèmes relationnels, faire face aux critiques (ex : stratégies d’affirmation de soi).

Changer son mode de vie :
Le changement de certains aspects du style de vie permet le plus souvent de renforcer son sentiment d’efficacité personnelle et son estime de soi. Afin de réduire les risques de rechute, favoriser le développement d’un réseau social soutenant et encourager la mise en place d’activités quotidiennes plaisantes représentent les objectifs.

Développement Personnel

Il n’est pas obligatoire d’avoir un trouble psychiatrique pour consulter un psychologue.

Certaines personnes souhaitent avoir une meilleure connaissance d’eux-mêmes et de leur fonctionnement. Le développement personnel correspond à une découverte de soi-même dans un but d’enrichissement personnel.

On peut y aborder de très nombreux thèmes, tels que : son histoire de vie, les valeurs et les règles, les compétences sociales, l’équilibre émotionnel, les fragilités et résistance. Mais aussi : les besoins et motivations, l’environnement professionnel, l’hygiène de vie, y compris psychique, la prévention du burnout …

Ceci permet d’améliorer ses capacités d’introspection et, le cas échéant, de travailler à la modification de quelques légers problèmes bien délimités. Le développement personnel peut également améliorer ses performances dans un certain nombre de domaines (communication, gestion du stress..).

Restons connectéS