Comprendre son problème – l’analyse fonctionnelle en TCC 

Enregistrement des évènements, pensées, émotions et sensations, comportements et leurs conséquences

Nos émotions sont influencées par nos pensées et interprétations.Ces dernières prennent souvent la forme de pensées automatiques négatives. Ainsi ce sont nos interprétations qui influencent nos émotions plutôt que les évènements directement. Nous passons notre vie à donner du sens et interpréter les évènements. Nous construisons des croyances fondamentales sur soi, les autres et le monde. Ces croyances sont stables. Lorsqu’elles sont rigides, elles peuvent devenir pathologiques et sources de souffrance.

Les émotions résultent des interprétations plutôt que des évènements

Evènement → Pensées, croyances → Emotions

Nos comportements sont issus d’apprentissages. Plusieurs modèles peuvent nous montrer comment un comportement est acquis: conditionnement classique, opérant ou vicariant. Si nous répétons un comportement, c’est qu’il est renforcé par des avantages. Il y a toujours des conséquences positives (avantages) ou négatives (inconvénients) et celles-ci contribuent ou non au maintien du comportement.

La SORC, qu’est-ce que ça veut dire?

Stimulus - Situation

Stimulus peut être traduit en le contexte ou la situation dans laquelle l’émotion négative est apparue.

Organisme

Organisme signifie « tout ce qui se passe en nous ». Nous nommerons ici nos émotions, les sensations physiologiques et nos pensées. 

Réaction - Comportements

Réaction traduit ce qu’on fait dans cette situation. Quel comportement mettons-nous en oeuvre.

Conséquences

Conséquence : tous les comportements ont des conséquences. On notera ici toutes les conséquences de notre comportement, positives ou négatives, à court terme et à long terme.

Faites votre analyse fonctionnelle à l’aide de nos instructions

Stimulus ou situation déclenchante

Pour commencer notre exercice, pensez à un évènement de ces derniers jours qui a généré des émotions négatives. Cela peut être une situation qui était inconfortable ou des tracas qui vous embêtent dans votre quotidien. Faites un focus sur un moment bien précis. Quel est l’évènement ou la situation ou l’occasion qui a déclenché l’émotion négative ? Cet évènement peut prendre la forme d’un évènement externe : « J’ai eu le trac de parler en réunion », ou d’une pensée : « Quand je pense que je ne m’occupe pas assez de mes enfants, je me dis que je suis une mauvaise mère », ou d’une émotion : « J’ai honte », « j’ai peur », etc.. Les questions « qui, quand, où et quoi » sont utiles pour aider à mieux décrire et situer un évènement. Par exemple, s’il s’agit d’une rencontre qui a généré une forte anxiété, on peut chercher à préciser qui était concerné dans cette rencontre, quand elle a eu lieu, dans quelles circonstances et à quel endroit. Une fois l‘évènement bien identifié, on l’inscrit brièvement dans la première colonne et, au préalable, on indique le jour et l’heure auxquels il s’est produit.

Emotions

Quelles sont les émotions en cause ? Cette émotion est (ou ces émotions sont) presque toujours désagréable(s), intense(s) et souvent dysfonctionnelle(s). On note ensuite leur intensité sur une échelle allant de 0 à 100. Voici des exemples d’émotions qu’on peut ressentir.

L’hostilité

Agressivité Aigreur Animosité Aversion Impatience Colère Haine Irritation Rage Rancune Ressentiment Révolte

La culpabilité

Auto-dévalorisation Honte Regrets Remords

L’anxiété

Angoisse Inquiétude Crainte Effroi Epouvante Frayeur Peur Stress Panique Affolement Nervosité

La tristesse

Peine Chagrin Affliction Abattement Accablement Découragement Désespoir Mélancolie

Sensations physiques

Quelles étaient les sensations physiques ressenties à ce moment-là ? Les émotions induisent un nombre variable de sensations physiologiques et celles-ci varient selon les individus. Ci-après une liste des sensations qu’on retrouve souvent.

Gorge nouée Potrine serrée Noeud à l’estomac Tension aux épaules Tensions au corps Fourmillements Battements du coeur Transpiration Vision brouillée Mâchoires tendues Mal de tête Difficulté à respirer Sifflement aux oreilles Froideur Chaleur

Nous ne sommes pas habitués à faire attention à ces ressentis, mais avec un peu d’entrainement nous devenons capables de distinguer et nommer ces sensations.

Pensées

Les pensées automatiques sont celles qui surviennent spontanément suite à un évènement quelconque. Elles sont souvent peu conscientes et hors du contrôle de notre volonté. Il s’agit ici de les identifier clairement en même temps que les évènements qui les précèdent et les émotions qui en découlent. Quelles pensées ont jailli spontanément suite à l’évènement et dont résultent cette ou ces émotions ? Ces pensées sont parfois évidentes mais si ce n’est pas le cas, des questions comme celles qui suivent peuvent alors vous faciliter la tâche : « À quoi je pensais tout de suite avant de ressentir cette émotion ? Qu’est-ce qui m’inquiète dans cette situation ? Qu’est-ce que cette situation signifie pour moi ? De quoi ai-je peur ? » etc.

Une fois les pensées automatiques clairement identifiées, on les inscrit de façon brève et concise dans la colonne.

 

Réaction – Comportements

Qu’est-ce que vous avez fait dans cette situation ? Quel est le comportement qui a suivi ? Avez-vous évité de faire ce que vous étiez censé faire ? Essayez de décrire votre comportement précisément. Le comportement est quelque chose qu’on vous voit faire mais il peut aussi être quelque chose de mental, par exemple, essayer de penser à autre chose, se répéter mentalement des phrases encourageantes.

Conséquences

Quelles ont été les conséquences de chaque comportement ? Quelles sont les conséquences à court terme ? Et à plus long terme ? Un comportement problème est un comportement qu’on aimerait bien changer. Souvent, nous allons remarquer que ce comportement est renforcé par une conséquence positive immédiate. Celle-ci permet le conditionnement et le maintien du comportement. A plus long terme, il y a souvent une conséquence négative, c’est elle qui vous amène à vouloir changer le comportement.

Exemple

Un jour, Mélanie a eu un appel de son supérieur. Ce dernier l’a convoqué pour un entretien quelques jours plus tard. Mélanie a immédiatement paniqué. Elle craignait que son supérieur lui fasse des reproches, qu’elle soit licenciée. Elle ne dormait plus la nuit. Elle devenait irritable. Elle faisait des efforts pour ne pas y penser, sans succès. Elle avait tendance à boire quelques verres le soir pour se détendre.