L’insomnie soignée par les thérapies comportementales et cognitives

Souffrez-vous d’insomnie ?

Je souffre d’insomnie

Il est 1 heure du matin, Fatima ne dort toujours pas, cela fait plus de deux heures qu’elle tente en vain de s’endormir… elle se dit « comment vais-je faire pour travailler demain, je ne vais jamais y arriver ». Elle tourne, se retourne, compte les moutons, rien n’y fait… Elle sent l’angoisse monter. Épuisée, elle s’endort vers 3 heures du matin…

L’insomnie est un problème fréquent qui dégrade la qualité de vie et augmente la souffrance psychologique

Les symptômes caractéristiques de l’insomnie chronique

D’abord, une insatisfaction en ce qui concerne la qualité ou à la quantité du sommeil avec au moins un des symptômes suivants :

  • Difficultés à s’endormir, c’est-à-dire, qu’il faut plus de 30 minutes pour s’endormir
  • Réveils fréquent la nuit et de manière prolongée, plus de 30 minutes par nuit
  • Réveil précoce le matin plus de 30 minutes avant l’heure du lever
  • Le sommeil n’est pas réparateur ou reposant

Pour qu’on puisse parler d’insomnie chronique, les symptômes sont présents plus de trois nuits par semaine et le problème dure depuis plus de trois mois. L’insomnie devient une préoccupation importante et représente une détresse importante. Puis l’insomnie nuit au fonctionnement sur le plan personnel, social, familial ou professionnel

Les stades du sommeil

La majorité d’entre nous a besoin de 7 à 9 heures de sommeil par nuit.

Cependant, le sommeil n’est pas un état continu et constant. Il est constitué de plusieurs stades qui se succèdent au cours d’une nuit. Ces derniers sont structurés en cycles. Un être humain normal traverse quatre à six cycles par nuit et ces derniers varient de 60 à 90 minutes chacun.

Chaque cycle comporte tous les stades de sommeil, mais la répartition de ceux-ci évoluera au cours de la nuit. Les stades de sommeil sont de caractère différent.

  • Le premier stade est la phase d’endormissement, soit la transition entre « éveil » et « sommeil ».
  • Le deuxième stade est le sommeil lent léger. Celui-ci occupe la moitié de la durée totale de sommeil.
  • Les troisième et quatrième stade constituent le sommeil lent profond. Il est plus important en première partie de la nuit permettant la récupération physique du corps.
  • Le sommeil paradoxal correspond à la phase de rêves et augmente en fin de nuit. Il joue un rôle important pour l’adaptation psychologique, par exemple, faire face à une situation stressante. Le sommeil paradoxal est aussi important dans les apprentissages.

La succession des différents stades du sommeil, au cours de la nuit, peut se présenter sous forme d’un « hypnogramme » tel ce dernier