Biologie des émotions, les structures cérébrales impliquées

Avec nos patients, nous parlons souvent des émotions. Ces dernières sont parfois la cause de leur plainte et la raison de la consultation. Tristesse, colère, anxiété, phobie, panique, etc. Elles sont nombreuses et diverses, néanmoins, elles partagent des processus communs. En effet, le système limbique, le système nerveux autonome et le système d’activation réticulaire interagissent pour permettre à l’organisme de ressentir et de traiter toutes sortes d’émotions.

Dans cet article, l’objectif sera d’expliquer quelles sont les structures cérébrales qui contribuent au traitement des émotions et comment cela fonctionne.

Le système limbique, le centre des émotions

Le système limbique est la zone du cerveau la plus fortement impliquée dans les émotions. Celui-ci contribue également à la mémoire et aux apprentissages. Plusieurs structures le composent, celles jouant les rôles principaux sont : l’hypothalamus, le thalamus, l’amygdale et l’hippocampe

L’hypothalamus signale l’activation du système nerveux sympathique. Nous expliquerons en quoi consiste le système nerveux sympathique dans la partie suivante. 

Le système sympathique joue rôle dans toute réaction émotionnelle. 

Le thalamus sert de centre de relais sensoriel ; ses neurones envoient des signaux à la fois vers l’amygdale et les régions corticales supérieures pour un traitement conscient.

L’amygdale envoie des informations aux structures corticales. L’hippocampe intègre l’expérience émotionnelle à la cognition.

Ainsi, les processus propres au système limbique contrôlent nos réponses physiologiques et émotionnelles aux stimuli environnementaux. 

Par exemple, Tom voit un serpent venimeux, il ressent instantanément la peur. Il n’a pas besoin de réfléchir, sa réaction est immédiate. 

Le système limbique catégorise l’expérience d’une émotion, soit comme un état agréable, soit désagréable. Sur la base de cette catégorisation, différentes substances neurochimiques telles que la dopamine, la noradrénaline et la sérotonine augmentent ou diminuent. La dopamine est associée au plaisir, la noradrénaline, à la peur et la sérotonine, à la tristesse. Celles-ci font fluctuer le niveau d’activité du cerveau et entraînent des changements dans les mouvements, les gestes et les poses du corps.

L’amygdale et les émotions – la peur

L’amygdale est situé dans les lobes temporaux gauche et droit du cerveau. Cette structure a reçu beaucoup d’attention de la part des chercheurs étudiant les bases biologiques des émotions, en particulier de la peur et de l’anxiété. L’amygdale joue un rôle décisif l’analyse des menaces potentielles. 

Il joue un rôle essentiel dans le conditionnement classique et dans l’association des émotions aux processus d’apprentissage et aux souvenirs. 

Par exemple, lorsque Anna pense à l’accident de voiture, dans lequel, elle était victime. L’accident a eu lieu il y a cinq ans mais elle ressent encore l’activation de la peur. 

La recherche suggère que l’amygdale est impliquée dans les troubles de l’humeur et l’anxiété. Des changements dans la structure et la fonction de l’amygdale ont été observés chez des adolescents à risque ou ayant reçu un diagnostic de trouble de l’humeur ou d’anxiété. 

Le volume de l’hippocampe diminue lors des états de stress post-traumatique

Comme pour l’amygdale, la recherche a également démontré que la structure et la fonction de l’hippocampe sont liées aux troubles de l’humeur et anxieux. Les personnes souffrant de trouble de stress post-traumatique (ESPT) présentent des réductions marquées de volume dans plusieurs parties de l’hippocampe. Bien qu’il soit impossible d’expliquer les raisons exactes, des études ont trouvé des améliorations du comportement ainsi qu’une augmentation du volume de l’hippocampe suite à traitement pharmacologique ou une thérapie comportementale ou cognitive chez les personnes souffrant d’ESPT.

Le système nerveux autonome nous prépare au combat ou à la fuite

Le système nerveux autonome (ANS) fait partie du système nerveux périphérique chez l’homme. L’hypothalamus régule et contrôle nos organes internes et nos glandes. Y sont compris des processus tels que le pouls, la pression artérielle, la respiration et l’excitation en réponse au contexte émotionnel. Le SNA échappe au contrôle volontaire.

Le SNA peut être subdivisé en systèmes nerveux sympathique et parasympathique. Lorsque le système nerveux sympathique (SNS) s’active, il prépare le corps à une action d’urgence. L’activation du SNS engendre la production d’adrénaline, ce qui entraîne la réponse « combat ou fuite ». Celle-ci implique une augmentation du flux sanguin vers les muscles, une accélération de la fréquence cardiaque et d’autres réponses physiologiques. Celles-ci permettent au corps d’agir plus rapidement mais aussi de ressentir moins de douleur dans des situations perçues comme dangereuses.

Inversement, le système nerveux parasympathique (SNP) fonctionne lorsque le corps se détend au repos ; il aide le corps à stocker de l’énergie pour une utilisation future. Les effets de l’activation de la SNP comprennent une activité accrue de digestion et une diminution du flux sanguin vers les muscles.

Les divisions parasympathiques et sympathiques du SNA ont des fonctions complémentaires et fonctionnent en tandem pour maintenir l’équilibre du corps. L’équilibre du corps, dans lequel les conditions biologiques (telles que la température corporelle) se maintiennent à des niveaux optimaux, s’appelle « l’homéostasie ».

Le système d’activation réticulaire nous permet de rester vigilant lorsqu’il y a menace

Le système d’activation réticulaire (RAS) est un réseau de neurones qui traverse plusieurs parties du cerveau. Il gère la vigilance et l’attention, le sommeil et l’éveil, et le contrôle des réflexes. On pense que le SAR active d’abord le cortex, puis maintient son état de vigilance afin que les informations sensorielles et les émotions soient nterprétées plus efficacement. Il nous aide à atteindre nos objectifs en dirigeant notre concentration vers eux et joue un rôle dans les réponses aux situations et aux événements.

Lire d’autres articles relatifs aux émotions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page