Conseils pour bien préparer un examen

Article rédigé par Jessica Giuffrida, psychologue clinicienne et neuropsychologue

Nous avons tous préparé des examens ou des concours au moins une fois dans notre vie. En révisant nous avons cherché les meilleures stratégies pour mémoriser les informations nécessaires. Souvent, il y a une masse importante de connaissances à retenir afin de pouvoir être performant le jour de l’épreuve. 

Dans cet article, je vais vous présenter le processus d’apprentissage du point de vue des neurosciences cognitives. Je partagerai également avec vous les meilleurs outils à utiliser pour des séances d’étude efficaces et productives! Tout pour bien préparer un examen.

Si vous souhaitez un accompagnement ou des conseils personnalisés. Nos psychologues sont à votre écoute.

Neurosciences de l’apprentissage

Du point de vue des neurosciences, le processus d’apprentissage consiste en une modification des connexions cérébrales. Celles-ci s’activent suite à l’exposition à de nouvelles informations. En effet, acquérir des nouvelles connaissances implique de créer de nouvelles connexions entre les cellules du cerveau. Les cellules du cerveau s’appellent neurones. Les neurones sont chargés de traiter les nouvelles informations et de les intégrer aux connaissances que nous avons déjà. Dans ce sens, nous construisons de nouveaux réseaux de neurones pour étendre nos connaissances!

L’intégration de nouvelles connaissances est fondamentale, puisqu’elle nous permet de créer des réseaux d’informations. Lorsque nous voulons préparer un examen, cette intégration devient indispensable.

Nous pouvons identifier trois étapes dans le processus d’apprentissage: le codage de l’information, la conservation de l’information et la récupération de l’information

L’information est acquise grâce à nos organes sensoriels (nos yeux, nos oreilles, etc.) qui sont souvent impliqués de manière multi-sensorielle.

Seulement une partie très limitée des informations auxquelles nous sommes exposés est traitée activement par notre cerveau  – il s’agit des informations qui captent notre attention : la présence d’une phrase soulignée dans un texte, des concepts ou des mots qui ont été répétés plusieurs fois par le professeur, etc.

Le processus d’acquisition active des réseaux de neurones. Ces derniers permettent la récupération des nouvelles informations et celles-ci sont intégrées aux anciennes connaissances. 

La répétition permet d’apprendre

 
La stratégie la plus efficace pour l’apprentissage est la répétition. Lorsque nous pratiquons quelque chose encore et encore, cela réactive les réseaux neuronaux impliqués dans l’apprentissage original et renforce ces connexions neuronales. Préparer un examen demande en effet de répéter. Cependant, il faut varier les conditions de répétition. Par exemple, la séquence et l’organisation que nous donnons aux informations que nous sommes en train de répéter. C’est-à-dire, ne pas lire la même page de la même façon à chaque fois, mais varier!

Varier les conditions de révision

Il est important aussi de changer d’endroits et même de conditions de lumière afin d’éviter que les conditions de répétitions, soient constantes. En effet, les conditions de répétition peuvent devenir des indices pour le rappel. Or, le jour de l’examen, vous ne serez pas à votre bureau mais dans une salle d’examen!

Un autre aspect important qui concerne la répétition est le traitement actif et la ré-élaboration des connaissances à retenir : évitons la « répétition par cœur », beaucoup moins efficace sur le long terme.

Préparer en amont la restitution des informations 

Nous révisons et apprenons afin de restituer les connaissances le jour de l’examen. Ainsi, afin de préparer un examen, nous devons aussi entraîner notre capacité de récupération de l’information. Plusieurs recherches ont confirmé que l’introduction de certaines difficultés améliore la restitution des connaissances. Par exemple, en anticipant les questions de l’examen, il vaut mieux se forcer à varier les questions ainsi que les formulations des réponses. Nous y reviendrons ci-dessous.

Stratégies pour mémoriser

  1. Donnons-nous suffisamment de temps
    Notre cerveau nécessite du temps afin de traiter les nouvelles informations pour une bonne consolidation. Par conséquent, réviser seulement la veille de l’examen, ce n’est pas une très bonne idée… Il est important de définir un programme en fonction du calendrier d’examen dès les premières semaines du semestre et d’organiser les sessions d’étude en conséquence.
  2. Organisons notre espace de travail.
    Avons-nous suffisamment de place pour nos livres, nos cahiers, nos notes ? Avons-nous assez de lumière? Notre chaise est-elle confortable? Des éventuels distracteurs sont-ils hors de vue?
    Essayons de nous débarrasser de toutes les distractions, et assurons-nous de nous sentir à l’aise et capable de nous concentrer. Pour certaines personnes, cela peut signifier un silence presque complet, pour d’autres, la musique de fond aide. Certains d’entre nous ont besoin que tout soit parfaitement rangé et organisé pour se concentrer, tandis que d’autres prospèrent dans un environnement plus encombré. Pensez à ce qui fonctionne pour vous et prenez le temps de bien faire les choses.
  3. Choisissons et utilisons les meilleures stratégies pour nous
    Il n’y a pas de stratégies universellement meilleures que d’autres. En effet, celles-ci sont plutôt subjectives. Repérons les stratégies que notre cerveau préfère. Pour certaines d’entre nous l’aspect visuel est prédominant, d’autres ont un cerveau qui privilégie la modalité auditive. 

Stratégies visuelles

  1. Utiliser les espaces blancs
    Laisser des espaces blancs dans les notes est important pour les apprenants visuels. Espacer le texte en délimitant des concepts. Lorsque trop d’informations sont entassées, elles deviennent difficiles à lire. Considérez l’espace blanc comme un outil d’organisation dans vos notes.  Utilisez cette technique pour séparer les informations et pour améliorer l’organisation visuelle.
     
  2. Utiliser les symboles et les images
    Avez-vous pensé à dessiner des symboles et des images pour marquer des éléments et mieux les identifier?
    Utilisez des symboles comme des points d’exclamation pour des informations importantes, des points d’interrogation pour des informations que vous devez approfondir et des étoiles pour des informations que vous comprenez parfaitement. Pensez aussi à illustrer des concepts ou des processus complexes avec des illustrations que vous inventez et qui ont du sens pour vous.
  3. Créer des diagrammes ou des graphiques
    Si les informations peuvent être organisées sous forme de diagramme, prenez le temps d’en créer un. Cela aide à  faire des liens et à donner une organisation visuelle au contenu.
    Créer un diagramme signifie dessiner les relations parmi des catégories de connaissances et voir les informations dans ce format structuré vous aidera à vous en souvenir.
  4. Souligner les textes et colorier.
    Le soulignement est un excellent outil d’organisation pour l’apprenant visuel. Dans un schéma à part, vous pouvez structurer une grande quantité d’informations à l’aide de titres, de sous-titres et de listes. Soulignez les chapitres du texte au fur et à mesure que vous lisez, puis passez en revue vos plans lors de la préparation des examens. Coloriez les concepts ou des groupes d’informations. Le cerveau aime les couleurs.
  5. Utiliser des flashcards, des cartes mémoire
    Les flashcards peuvent vous aider à vous souvenir des termes clés et des mots techniques ou  spécifiques, donc créez un ensemble de cartes mémoire en utilisant des post-it et illustrez-les avec des images et des symboles pertinents pour augmenter votre rétention.

Stratégies auditives

  1. Trouver un partenaire d’étude Pour préparer un examen, faites équipe avec un groupe d’étude ou un partenaire d’étude fiable et interrogez-vous mutuellement sur le contenu. Renforcer verbalement les informations vous aidera à les conserver, surtout si vous devez mémoriser beaucoup de détails.
  2. Enregistrer les cours Demandez à votre professeur la permission de créer des enregistrements audio des cours. Pendant le cours, concentrez-vous à écouter attentivement les contenus ; plus tard, vous pourrez réécouter l’enregistrement et prendre des notes sur les informations les plus importantes.
  3. Asseyez-vous aux premiers rangs Cela vous permettra de mieux entendre chaque mot prononcé par votre professeur.
  4. Écouter de la musique classique Écoutez de la musique sans paroles pendant que vous étudiez. La musique avec des paroles risque de distraire.
  5. Enregistrez-vous en lisant à haute voix les termes clés et les concepts principaux Ensuite, écoutez l’enregistrement pendant que vous vous rendez en classe, faites de l’exercice ou vous vous préparez à vous coucher.
  6. Répéter les contenus les yeux fermés. Cette technique vous aidera à concentrer votre attention sur le processus auditif, plutôt que sur tout autre stimulus visuel qui pourrait se trouver devant vous.
  7. Lire votre matériel à voix haute
  8. Reformuler Reformulez les concepts clés en utilisant des rimes, des assonances, des allitérations : jouer avec les sons aide beaucoup la mémorisation.

Expliquons nos nouvelles connaissances aux autres

Avez-vous déjà essayé de raconter à quelqu’un ce que vous venez de lire? En verbalisant un contenu, nous essayons d’être clair pour transmettre les informations. Cela demande un effort supplémentaire. Afin de préparer un examen, testons nos acquisitions! Une connaissance que nous pensions bien acquise, nous paraît étonnement moins structurée lorsqu’il faut l’expliquer verbalement. Expliquer nos connaissances permet automatiquement de mieux traiter les informations. En plus, cela nous permet de mettre en évidence les notions où nous avons besoin de plus de travail.

Stratégies pour mieux récupérer l’information

Anticipons les questions

Certains concepts sont fondamentaux pour la matière que nous étudions. Par conséquent, elles sont plus faciles à repérer. Aussi, l’enseignant passe plus de temps à les expliquer, donne plus d’exemples, reformule le contenu à plusieurs reprises… Les livres consacrent plusieurs chapitres ou rappellent souvent ces concepts. Il est probable qu’au moins certaines des questions concernent ces concepts.

Si nous sommes confrontés à un sujet qui implique l’utilisation de procédures de résolution,  utilisons les exemples et les exercices fournis par les textes de référence. Cherchons les constantes dans la structure des exercices Nous pouvons aussi demander aux collègues qui ont déjà passé l’examen. N’hésitez pas à chercher des informations sur les forums universitaires concernant les questions posées lors des sessions précédentes.

Planifions notre journée d’examen

Assurons-nous que tout soit prêt bien avant le jour de l’examen. D’abord, anticipons le trajet. Préparons tout ce qui sera nécessaire pour réaliser l’épreuve, à partir d’une liste. Vérifions toutes les règles et procédures. Effectuons un test de trajet afin de ne pas avoir des surprises le jour de l’épreuve.

Calculons le temps qu’il faudra pour y arriver, puis ajoutons du temps supplémentaire. Nous pouvons également prévoir de nous rendre à l’examen avec des amis ou des collègues, à condition qu’ils soient ponctuels.

Stratégies pour une hygiène de vie correcte

L’optimisation des aspects cognitifs et de l’apprentissage nous paraît indispensable pour préparer un examen. Or,  d’autres habitudes quotidiennes peuvent avoir un impact sur notre réussite.

1) Développons des stratégies de gestion du stress

Savoir gérer nos émotions et nos pensées est très important. Par exemple, savez-vous vous relaxer pour retrouver du calme et reposer votre esprit. Il faut également gérer les pensées, en particulier celles qui amènent à procrastiner. Souvent, nous procrastinons car la tâche que nous devons faire génère de l’anxiété. Nous évitons la tâche par peur d’échouer, mais en procrastinant nous ne résolvons pas le problème… A lire aussi : Le stress des écoliers

2) Faisons des pauses

Des pauses bien organisées peuvent faire une grande différence. Bien qu’on puisse penser qu’il est préférable d’étudier pendant autant d’heures que possible, cela peut en fait être contre-productif. Des études ont montré que des pauses régulières sont utiles pour la rétention à long terme des connaissances.

Tout le monde est différent : certains sont plus efficaces le matin. D’autres sont plus productifs le soir. Repérez votre moment d’efficacité optimal. La qualité de notre attention commence à se détériorer après 30 à 40 minutes d’effort continu. Ainsi, des petits breaks sont fondamentaux afin d’optimiser l’apprentissage. 

Puis notre cerveau aime la nouveauté! Si, par exemple, nous sommes en train de préparer plusieurs examens pour la même session, essayons d’alterner de sujets à chaque séance d’étude. Une séance d’étude doit durer maximum entre 40-60 minutes. Cela nous permettra de bien profiter de notre séance.
Une pause mentale doit permettre à notre cerveau de récupérer l’attention et la concentration. Par exemple, quinze minutes en plein air, au soleil, sur le balcon ou dans un jardin ou un parc seront plus bénéfiques que quinze minutes devant notre téléphone portable ou la télé. 

3) Soignons notre alimentation

Ce que nous mangeons peut avoir un impact sur le niveau d’énergie et la concentration, pour préparer un examen. Gardons notre corps et notre cerveau bien alimentés en choisissant des aliments nutritifs qui facilitent la concentration et la mémoire, comme le poisson, les noix, les graines, le yogourt et les fruits. La même chose s’applique le jour de l’examen – mangeons un bon repas avant le test, à base d’aliments qui fourniront une libération lente d’énergie tout au long. Le sucre peut sembler attrayant, mais notre niveau d’énergie s’effondrera une heure plus tard. Avec un niveau bas de sucre, nous nous risquons la fatigue mentale.

4) Restons hydratés

Une bonne hydratation est essentielle pour que notre cerveau fonctionne au mieux : n’oublions pas de boire pendant nos révisions et le jour de l’examen. Attention à l’alcool : même si un petit verre peut nous donner l’impression de nous aider à décompresser un peu, l’alcool interfère avec la capacité de notre cerveau à consolider de nouvelles informations. Même une petite quantité…

5) Attention au sommeil !

Une quantité et une qualité de sommeil adéquates sont essentielles à l’apprentissage. Différentes phases de sommeil sous-tendent différents processus de mémoire. Le sommeil à ondes lentes est un sommeil profond et réparateur. Celui-ci joue un rôle important dans la mémoire déclarative en traitant et en consolidant les informations nouvellement acquises. 

Le sommeil REM semble jouer un rôle essentiel dans la consolidation de la mémoire procédurale. D’autres aspects du sommeil jouent également un rôle: l’apprentissage moteur semble dépendre de la quantité des phases plus légères du sommeil, tandis que certains types d’apprentissage visuel semblent dépendre de la quantité et du timing du sommeil profond à ondes lentes et REM. Donc… une nuit blanche, sacrifiée pour nos examens, ce n’est jamais une bonne idée!

Je reste à votre disposition sur la plateforme psy.link pour toutes les questions concernant l’apprentissage, vos révisions ou pour préparer un examen. J’accompagne des étudiants et jeunes adultes qui souhaitent devenir plus performants dans leurs études ou professionnellement. 

Si vous avez des difficultés en ce moment. Si vous sentez que malgré des efforts, vous peinez à remonter la pente, n’hésitez pas à demander conseil à un de nos psychologues. Ils sont là pour vous aider.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page