Les différents profils de communication professionnelle

Cet article a été rédigé par Anne-Claire Leterme, Docteure en Psychologie Clinique et Psychothérapeute formée aux TCC. Anne-Claire consulte sur la plateforme Psy.link.

Dans le domaine professionnel, nous sommes confrontés à d’innombrables situations d’échanges et de performance qui peuvent être stimulantes, mais aussi, parfois, stressantes. Par exemple, votre supérieur vous demande de terminer un dossier avant de partir alors qu’il est déjà 18h ou le collègue de travail ne range pas les archives, ce qui vous fait perdre du temps lors de vos recherches ou un patron qui ne valorise jamais les efforts mais critique la moindre erreur, etc, etc. Plusieurs profils de communication existe et chacun fera face aux situations stressantes d’une manière différente.

En effet, il n’est pas toujours facile de bien réagir dans ce type de situations professionnelles. Nous pouvons avoir tendance à éviter de nous affirmer ou au contraire devenir agressifs. Se mettre en retrait, surenchérir, porter trop d’attention au feedback, penser que nous ne sommes pas à la hauteur ne sont pas des solutions constructives. Sans se rendre compte ces façons de penser et agir, nous enferment dans un dysfonctionnement. Nous risquons d’être mis à l’écart et empêchés de rester nous-mêmes. Cela ne permet pas de s’épanouir dans les relations professionnelles.

Pour aller de l’avant, nous vous invitons, jour après jour, à tester de nouvelles petites choses pour vous affirmer. Ainsi, vous gagnerez non seulement en efficacité mais aussi en estime de vous-même. Cela apportera plus de satisfaction et épanouissement dans votre travail. 

Les différents profils de communication

Vous avez certainement pu observer que nous communiquons tous très différemment. Certains semblent s’imposer alors que d’autres sont plutôt soumis. S’affirmer dans un échange peut être un vrai défi ! Nous pouvons décrire trois profils de communication selon leur niveau d’affirmation au travail.  

Le profil effacé

« Hugo est tellement discret qu’on ne lui demande jamais son avis.  C’est un garçon que l’on qualifie de gentil. Un jour, alors qu’il avait terminé sa journée de travail et qu’il s’apprêtait à rentrer chez lui, il croisa dans le couloir son patron. Celui-ci lui demanda alors de faire un tri dans les dossiers de la comptabilité. Hugo n’a pas osé s’opposer à son patron. Il a accepté et est rentré chez lui deux heures plus tard, fatigué et frustré. »

Le profil effacé est souvent en retrait dans un groupe. Il ne sait pas dire non et mettre des limites. C’est la « bonne poire ». Il laisse toute la place à ses collègues et/ou son supérieur hiérarchique.

Lorsque nous voulons dire les choses mais que nous n’osons pas, cela engendre un sentiment de frustration ayant comme conséquence une faible estime de nous-même. Les accumulations de « non-dits » finissent alors par laisser place à des comportements inadaptés. Par exemple Hugo se met en colère soudainement et violemment avec son épouse ou il a boit de plus en plus. Lorsque Hugo se sent frustré, l’alcool lui permet de se détendre. En effet, la consommation d’alcool ou d’autres substances, ainsi que les compulsions alimentaires peuvent être des comportements de compensation. 

Le cabinet TCC de psychologie en ligne

Les psychologues de Psy.link sont formés aux thérapies comportementales et cognitives.

Le profil dominateur

« Arthur a toujours raison. Lorsqu’il parle, il parle sans tenir compte de son interlocuteur et il ne sait pas écouter. Lors de la dernière réunion d’équipe, il a monopolisé la parole la moitié du temps en imposant à tout le monde ses idées de façon catégorique et autoritaire. Lorsque Cindy a osé exposer un point de vu contradictoire, Arthur ne l’a pas supporté, s’est senti agressé et s’est énervé. »

Le profil dominateur semble très sûr de lui. Il parle beaucoup et laisse peu de place à ses interlocuteurs. Il prend les décisions à la place des autres sans prendre en compte leur opinion. Il ne lâche rien. Il est souvent stressé et vit les échanges comme des rapports de force. Sur le lieu de travail, il est craint. Néanmoins, les collègues ne l’apprécie pas et préfèrent ne pas collaborer avec lui. 

Le profil équilibré

« Un collègue vient de temps à autre consulter de la documentation dans votre bureau. Vous n’avez rien contre lui, rien contre le principe, seulement, il range toujours mal les dossiers qu’il a consultés. Et à chaque fois que vous constatez que les dossiers sont en désordre, vous êtes passablement énervé, voire en colère. Vous décidez donc d’aller le voir. Vous lui expliquez calmement, mais fermement, combien cela vous contrarie et vous gêne dans votre travail. Vous lui faites comprendre que vous ne lui en voulez pas. Votre intention est de lui faire part de votre mécontentement.  Vous vous sentez moins frustré car vous avez l’impression d’avoir dit ce que vous aviez à dire. Vous avez tenu compte de vos droits mais aussi des droits de l’autre. »

Un salarié affirmé ose demander de l’aide à ses collègues quand il ne sait pas faire une tâche. Ainsi, il sait bénéficier du savoir-faire des autres. Il s’exprime respectueusement et par conséquent, il est écouté par ses collègues, et par sa direction. Il sait refuser des demandes qui pourraient nuire à son propre travail, à l’entreprise ou qui s’oppose à ses propres valeurs. Il ose demander une prime ou une augmentation quand elle est justifiée. 

Un manager affirmé exprime clairement et fermement ses souhaits à ses employés sans agressivité ni manipulation. Il encourage en faisant des compliments honnêtes. Il sait reconnaître ses erreurs et ses lacunes.

Parmi ces profils de communication, quel est le votre?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page