S’épanouir à la retraite 1/2

Article rédigé par Aurélie Roethinger, psychologue TCC chez Psy.link.

Prendre de l’âge a longtemps été associé une crainte. Celle de ne plus être en capacité de travailler, et de ne plus pouvoir subvenir à ses besoins. La retraite a été mise en place pour tenter de pallier à ces appréhensions. 

Aujourd’hui, avec l’allongement de l’espérance de vie, la durée de la vie à la retraite est plus importante qu’elle ne l’était lors de sa mise en place. Cette nouvelle étape prend alors un sens différent. Changer de rythme, certes, mais conserver un quotidien riche de sens, d’activités et de liens sociaux reste un objectif suivi par de nombreux retraités.

Malgré ces objectifs, ce nouveau statut entraîne un certain nombre de modifications auxquelles il va falloir s’adapter, marquant souvent une rupture, parfois brutale, avec les années précédentes. 

Au regard de ces constats, quelles sont les réflexions à mener pour préparer au mieux sa retraite ? Quelles sont les stratégies à adopter pour s’épanouir à la retraite ? Comment s’adapter à cette nouvelle étape de notre vie pour favoriser notre bien-être psychologique ?

Les changements inhérents à cette nouvelle étape de la vie

Quelles sont les craintes, les déceptions et les attentes, les satisfactions des (futurs) retraités ?

Le passage à la retraite se fait la plupart du temps d’une manière assez radicale. Un jour, la personne travaille, le lendemain, elle est retraitée. Certaines entreprises ont la possibilité de proposer une progressivité, là ou pour d’autres sociétés ou métiers, ce n’est pas forcément possible. Parfois, une période de congés précède le changement de statut, ce qui peut aussi aider à la transition. 

Les changements évidents sont ceux qui marquent la fin des « contraintes » en lien avec la période de travail : les horaires, les éventuels déplacements pour se rendre sur son (ses) lieu(x) de travail, les objectifs, le rythme de vie et le stress éventuellement ressentis.  

D’autres changements souvent mentionnés par les futurs retraités, parfois sous forme de « craintes » comme l’impact du départ sur l’identité de la personne, le nombre de ses contacts sociaux ou encore le « sentiment d’utilité » et la reconnaissance qui peuvent accompagner la vie d’actif. 

En conséquence, le passage à la retraite, comme d’autres moments de transition au cours de notre vie, peut avoir un impact sur l’estime de soi. 

Les journées de « préparation au départ à la retraite » proposées dans de nombreuses entreprises permettent d’informer sur les aspects légaux, administratifs et financiers, ils sont aussi souvent des moments où sont proposées des pistes de réflexion sur les aspects psychologiques, afin de donner aux futurs retraités des clés pour préparer leur retraite. 

Les attentes souvent mentionnées durant ces journées sont la liberté, le changement de rythme, la possibilité de choisir l’organisation de son quotidien, les personnes côtoyées et évidemment les activités. 

La retraite est une nouvelle opportunité

Parfois, la retraite est saisie comme une opportunité de changer radicalement son quotidien. Il devient possible de déménager dans une autre région ou un autre pays. Le désir de se rapprocher de sa famille ou réaliser un projet de longue date peut devenir d’actualité. Changer de rythme et en se laissant porter par ses envies est perçu comme une opportunité. Pour d’autres, le fait de maintenir un rythme connu peut être rassurant. Ils préfèrent prévoir un emploi du temps assez soutenu. Des nouvelles activités peuvent revêtir une notion de contraintes (engagements répétitifs en termes de jours et d’horaires par exemple).

Comment se préparer pour s’épanouir à la retraite?

La retraite peut être vécue comme une rupture. En effet, tout au long de notre vie, le chemin est plutôt « tracé » par la société. L’éducation à l’école est suivie d’éventuelles formations professionnelles qui amènent à la période du travail. Le passage à la retraite voit surgir une nouvelle manière de vivre son quotidien. La marge de manœuvre sur la gestion de son emploi du temps, les choix de ses activités et engagements sont beaucoup plus importants.

Cette liberté plus importante peut être déstabilisante car souvent inhabituelle. Elle nécessite un temps d’adaptation pour trouver le nouveau rythme qui soit satisfaisant.

Pour vivre au mieux cette nouvelle étape? L’idée est de s’appuyer sur la notion de continuité. En effet « je suis toujours la même personne, avec mon tempérament, mes compétences, mes qualités, mes besoins et mes valeurs ». En partant de ce que je connais de moi-même, je peux définir mes buts et objectifs pour cette période de ma vie.

Ainsi, il semble important de souligner qu’un des facteur mis en évidence par les chercheurs sur le vécu positif de la vie à la retraite est notamment le fait d’avoir préparé de s’épanouir à la retraite. En effet, anticiper, réfléchir en amont et définir des objectifs qui ont du sens pour soi favorise une bonne expérience de celle-ci.

Comment organiser son quotidien pour s’épanouir à la retraite ?

Pour savoir comment préparer et anticiper cette nouvelle étape de notre vie, il est important de rappeler quels sont nos besoins et le fonctionnement de notre organisme. La notion de rythme biologique nous permet d’en poser les premiers constats. Notre corps est rythmé par notre horloge biologique interne, notamment sur les aspects suivants :

  1. La sécrétion d’hormones (la mélatonine pour nous endormir/le cortisol pour nous maintenir éveillé) 
  2. La température corporelle diminue pendant le sommeil/augmente en journée
  3. Le fonctionnement des intestins est réduit pendant la nuit
  4. La mémoire est consolidée durant certaines phases de notre sommeil

On sait également que lorsqu’ils sont perturbés, l’impact sur notre santé peut être bien réel. Afin de maintenir une synchronisation efficace de notre horloge interne, le rythme de nos activités va être déterminant. Il est important d’avoir des horaires de sommeil réguliers. Un niveau d’activité en journée permet d’accumuler de la fatigue pour bien s’endormir le soir, notamment de l’activité physique. Le fait d’être exposé quotidiennement à la lumière naturelle est primordial.

Rester actifs afin de s’épanouir à la retraite

Le conseil qui découle de tout cela est évidemment de rester actif, en prévoyant des activités régulières et en extérieur. 

Notre organisme aime avoir un rythme. Il fonctionne mieux avec un certain nombre d’activités régulières voir routinières. Celles-ci donnent une « trame », une cadence à notre quotidien. 

Néanmoins, il est important de nuancer cela pour éviter de « s’enfermer » dans un quotidien du « tout-routine ». Nous possédons aussi la possibilité de nous adapter à la nouveauté grâce aux « fonctions exécutives ». Ces dernières nous permettent d’agir lorsque nos routines ou automatismes ne sont pas pertinents. Il est essentiel de continuer à solliciter ces fonctions exécutives. On y trouve la mémoire de travail, la flexibilité mentale, la planification, l’inhibition. Ce sont elles qui nous permettent de résoudre des problèmes dans des situations où nos stratégies habituelles ne suffisent pas. Elles permettent d’adapter nos comportements aux nouvelles situations.

Concrètement, cela peut se traduire par le fait de rester curieux. Etre ouvert aux nouvelles expériences, aux nouvelles activités et notamment aux situations imprévues. Essayer de privilégier autant que possible les activités où il est possible d’avoir du lien social. Le lien social nous pousse à nous retrouver dans des situations où tout n’est pas « routinier et habituel ».

Après ces premières réflexions concernant l’organisation du quotidien, nous verrons, dans le prochain article, quelles sont les autres pistes qui peuvent être explorées pour vivre s’épanouir à la retraite.

Lire aussi d’Aurélie Roethinger : Je suis perfectionniste, c’est grave? et S’épanouir à la retraite 2/2

Bibliographie

ALAPHILIPPE Daniel, GANA Kamel, BAILLY Nathalie, « Le passage à la retraite : craintes et espoirs », Connexions, 2001/2 (no76), p. 29-40. DOI : 10.3917/cnx.076.0029. URL : https://www.cairn.info/revue-connexions-2001-2-page-29.htm

ARBUZ Georges, « Le départ à la retraite : perceptions et accompagnement », Retraite et société, 2013/2 (n°65), p. 168-178. DOI : 10.3917/rs.065.0168. URL : https://www.cairn.info/revue-retraite-et-societe1-2013-2-page-168.htm

ARBUZ Georges, « Vécu psychologique et enjeux du départ à la retraite », Nouvelle revue de psychosociologie, 2017/1 (N° 23), p. 57-70. DOI : 10.3917/nrp.023.0057. URL : https://www.cairn.info/revue-nouvelle-revue-de-psychosociologie-2017-1-page-57.htm

LAFRAMBOISE Andréanne, 2019. « Vivre une retraite épanouie : l’influence des besoins psychologiques dans différentes sphères de vie sur le bien-être psychologique pendant la retraite », Thèse de doctorat, université du Québec à Montréal. https://archipel.uqam.ca/12543/1/D3551.pdf

Pour aller plus loin 

Fonctionnement du cerveau et fonctions exécutives 

Le bien-être hédonique et eudémonique 

Retour haut de page